L’ÉCHOGRAPHIE, L’OUTIL INCONTOURNABLE EN ÉLEVAGE POUR LES INSÉMINATEURSS

Inseminateur echographiant une vache

Le métier d’inséminateur a beaucoup évolué depuis qu’il a été créé dans les années 1940. La majorité des techniciens ne sont plus de simples “déposeurs de semence” comme on aurait pu l’entendre il y a quelques décennies. Le métier s’est transformé en même temps que les techniques et les technologies ont évolué pour contribuer à la reproduction bovine. L’arrivée de l’échographie, la semence séxée, la génomique, l’insémination profonde dans les campagnes ont permis aux inséminateurs de se former à de nouvelles techniques et de ce fait, diversifier l’offre des services proposés. En 2022, les nouvelles générations d’échographes permettent encore d’aller plus loin dans la pratique et dans la performance de l’analyse du technicien. Plus puissant, plus léger, plus petit et sans fil, le boum de l’informatique et des nouvelles technologies a entraîné une grande avancée dans l’utilisation des échographes. L’arrivée de l’IA profonde avec XtremiA obligeant une échographie pour connaître le côté ovulatoire a aussi participé à l’équipement de beaucoup de coopératives et de formation en colaboration avec l’ANFEIA.

L'échographie : l'outil de contrôle de gestation !

Le principe est d’échographier l’utérus de la femelle pour vérifier la présence ou non d’un embryon. La demande des éleveurs pour des constats de gestation est presque systématique que ce soit en bovin laitier ou allaitant. Elle permet de savoir si la femelle est bien gestante ou s’ il faut la remettre à la reproduction, cela permet de gagner du temps sur ses décisions !

Cette demande est de plus en plus précise pour certains éleveurs, par exemple : dater l’âge des embryons ou encore faire des constats de gestion à 35 jours. Ces informations sont devenues possibles grâce aux nouvelles technologies d’échographes et au développement de nouvelles compétences d’analyses par les techniciens inséminateurs ! De nos jours, il est primordial pour l’inséminateur d’avoir un matériel précis et efficace pour réaliser ce travail dans de bonnes conditions. 

Ce niveau d’analyse est souvent possible avec tous les échographes, et avec différents types de sondes, de la linéaire à la convexe en passant par la curve. 

Image echorgaphique de jumeaux de vaches

Jumeaux visibles sur un échographe

“J’ai commencé avec de vieux échographes maintenant j’utilise le Liberty Scan qui est super léger, avec une tablette indépendante de la sonde, ce qui est pratique pour se déplacer dans l’élevage ainsi que pour montrer des choses à l’éleveur en lui passant la tablette.

Très belle image, on distingue facilement les cas problématiques, et même l’irrigation du corps jaune pour vérifier l’activité des ovaires.

C’est un compagnon essentiel à mes suivis repro, mes poses d’embryons ou mes XtremiA !”

Fabien, Inséminateur CECNA depuis 8 ans, spécialisé dans le suivi repro depuis 4 ans.

Fabien Leblanc inseminateur tenant un échographe devant une vache avec l'éleveur à côté
Echographie corps jaune cavitaire bovin

Corps jaune visible sur un échographe

echo corps jaune cavitaire bovin

L'échographie : l'outil pour le suivi de la santé des ovaires et de l'utérus

 Les échographes plus performants peuvent donner plus d’informations aux techniciens, inséminateurs ou vétérinaires, notamment au niveau des ovaires, ces derniers peuvent ainsi proposer d’autres services que le constat de gestation comme le suivi de reproduction ou l’aptitude à l’IA (Insémination Artificielle).

 Ils sont souvent munis de sondes linéaires qui permettent une lecture plus facilitée même si de nouvelles sondes comme les curves le permettent également. Celles-ci requièrent une formation spécifique mais, associées à un équipement adéquat, elles permettent aux inséminateurs de pouvoir prodiguer des conseils pointus sur l’activité ovarienne de l’animal et donc des conseils encore plus avisés sur la reproduction.

 Les éleveurs sont de plus en plus clients de ce service qui leur permet de gagner du temps et de l’efficacité sur la mise à la reproduction de leurs femelles. Les interventions de l’opérateur permettent de détecter plus facilement les troubles à la reproduction et les femelles improductives, mais aussi d’apporter des solutions à ces problèmes. 

 

Les principaux soucis que le suivi échographique permet de repérer et corriger :

Femelle en anoestrus

Une femelle dont le cycle classique d'ovulation n'a pas encore repris suite au vêlage !

Troubles de la cyclicité

Un cycle bloqué dans une phase ne permettant plus l'ovulation tous les 21j

Structures anormales

Une structure anormale perturbe la dynamique naturelle des hormones qui impacte le cycle

Utérus non sain, infecté

Un utérus non sain diminue fortement les chances de réussite à l'IA et d'implantation de l'embryon

Nos articles vous intéressent ? N’hésitez pas à vous inscrire à notre newsletter et ne loupez pas nos prochains articles ou notre revue de presse spécial reproduction !